Menu Content/Inhalt
Glossaire


Commence par Contient est égale à    

 - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - Z - 

Emmagasinement

Le coefficient d’ Emmagasinement  est une valeur sans dimension, notée S, qui représente le rapport du volume d’eau libéré par unité de surface de l’ Aquifère  sous une charge hydraulique égale à l’unité. Il détermine, avec la  Porosité  efficace, la fonction capacitive du réservoir. Caractéristique significative pour un aquifère captif à compressibilité et élasticité non négligeables.

Source: glossaire  DCE  2004
Entité hydrogéologique

Une  Entité hydrogéologique  est soit un  Domaine hydrogéologique , soit un  Système aquifère  (voir ces termes).

Source: glossaire DCE 2004
Entretien des cours d'eau

Ensemble des actions courantes et régulières visant à conserver d'une part les potentialités de l'écosystème :

  •  Biotope ,  Habitat  et reproduction des espèces
  • écoulement des eaux dans certains tronçons
  • stabilisation des rives
  • filtration des eaux
et d'autre part à satisfaire les usages locaux (navigation, loisirs, pêches, paysages,...) et à protéger les infrastructures et les zones urbanisées.

Source: glossaire DCE 2004
Epandage des boues

Opération qui consiste à répandre des boues (boues d'épuration, de  Curage ,...) à la surface du sol, en vue de leur dégradation biologique par les micro-organismes du sol et/ou de son utilisation par la flore ou la culture présente sur ce sol.

Source: glossaire DCE 2004
Erosion régressive

Mécanisme du creusement des cours d’eau qui commence par la partie aval avant de remonter de plus en plus vers l’amont.

Source: glossaire DCE 2004
Espace de liberté d’une rivière
Espace du  Lit majeur  à l'intérieur duquel le ou les chenaux fluviaux assurent des translations latérales permettant la mobilisation des sédiments ainsi que le fonctionnement des écosystèmes aquatiques et terrestres.
Espace de mobilité ou de liberté d’un cours d’eau ou fuseau de mobilité

Zone de débattement potentiel ou de “ divagation ” du lit du cours d’eau, zone de localisation potentielle des sinuosités ou des tresses.

Peut être estimé en mesurant la largeur du fond de vallée, exprimée en nombre de fois la largeur du lit actif.

Cette mesure traduit le degré de contrainte imposé par la vallée au cours d’eau.

Les cours d’eau de tête de bassin sont en principe reconnus comme ayant très peu d’espace de liberté de part et d’autre du  Lit majeur  ; cet espace augmente lorsqu’on s’éloigne de la source, pour devenir très large lorsqu’il correspond aux plaines alluviales des grands fleuves.

Espèce vulnérable

Espèce dont le passage dans la catégorie des espèces en danger est jugé probable dans un avenir proche en cas de persistance des facteurs qui sont cause de la menace.
 Directive  »Habitat» 92-43-CEE du 21/05/92

Source: glossaire DCE 2004
Etablissement public d’aménagement et de gestion de l’eau - EPAGE

Un EPAGE est un groupement de collectivités territoriales constitué en application des articles L. 5711-1 à L. 5721-9 du code général des collectivités territoriales à l’échelle d’un  Bassin versant  d’un fleuve côtier sujet à des inondations récurrentes ou d’un sous- Bassin hydrographique  d’un grand fleuve en vue d’assurer, à ce niveau, la  Prévention des inondations  et des submersions ainsi que la gestion des cours d’eau non domaniaux. Cet établissement comprend notamment les collectivités territoriales et les établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre compétents en matière de gestion des  Milieux aquatiques  et de prévention des inondations en application du I bis de l’article L. 211-7 du présent code.

Son action s’inscrit dans les principes de solidarité territoriale, notamment envers les zones d’expansion des crues, qui fondent la gestion des risques d’inondation.

Le deuxième alinéa de l’article L. 5212-20 du code général des collectivités territoriales n’est pas applicable aux établissements publics d’aménagement et de gestion de l’eau

Etablissement public de coopération intercommunale - EPCI

Etablissement public regroupant des communes soit pour assurer certaines prestations (ramassage des ordures ménagères,  Assainissement , transports urbains…), soit pour élaborer de véritables projets de développement économique, d’aménagement ou d’urbanisme.

EPCI à fiscalité propre : Ces structures intercommunales disposent du droit de prélever l’impôt, sous forme de fiscalité additionnelle à celle perçue par les communes, ou, dans certains cas, à la place des communes.

Etablissement public territorial de bassin - EPTB
Etablissement public français de coopération des collectivités territoriales (régions, départements, communes et leurs différents types de groupement) qui intervient pour l' Aménagement  et la gestion des fleuves et des grandes rivières sur le territoire d'un bassin hydrographique.
Etang
Plan d'eau peu profond et peu étendu, généralement creusé par l'homme.
Etat chimique

L’état chimique est l’appréciation de la qualité d’une eau sur la base des concentrations en polluants incluant notamment les substances prioritaires. L’état chimique comporte deux classes : bon et mauvais.
Le  Bon état chimique  d’une eau de surface est atteint lorsque les concentrations en polluants ne dépassent pas les normes de qualité environnementale.
La norme de qualité environnementale est la concentration d’un polluant dans le milieu naturel qui ne doit pas être dépassée, afin de protéger la santé humaine et l’environnement
Le bon état chimique d’une eau souterraine est atteint lorsque les concentrations de polluants ne montrent pas d’effets d’entrée d’eau salée, ne dépassent pas les normes de qualité et n’empêchent pas d’atteindre les objectifs pour les  Eaux de surface  associées.

Source: glossaire DCE 2004

Etat des lieux

(caractérisation)
L’état des lieux (caractérisation selon la terminologie de la Directive cadre) correspond à une analyse d'ensemble du district, balayant trois aspects :

  • les caractéristiques du district ;
  • les incidences des activités humaines sur l’état des eaux ;
  • l’ Analyse économique  de l'utilisation de l'eau.
Elle est complétée par l'établissement d'un  Registre des zones protégées .
L'échéance pour la première restitution de l'état des lieux est fixée à décembre 2004.

Source: glossaire DCE 2004
Etat écologique

L’état écologique est l’appréciation de la structure et du fonctionnement des écosystèmes aquatiques associés aux eaux de surface. Il s’appuie sur ces critères appelés éléments de qualité qui peuvent être de nature biologiques (présence d’êtres vivants végétaux et animaux), hydromorphologique ou physico-chimiques.
L’état écologique comporte cinq classes : très bon, bon, moyen, médiocre et mauvais. Pour chaque type de masse de d’eau il se caractérise par un écart aux conditions de références qui sont les conditions représentatives d’une eau de surface pas ou très peu influencée par l’activité humaine.

Le très bon état écologique est défini par de très faibles écarts dus à l’activité humaine par rapport aux conditions de référence du type de  Masse d’eau  considéré.
Le bon état écologique est défini par de faibles écarts dus à l’activité humaine par rapport aux conditions de référence du type de masse d’eau considéré.

Source: glossaire DCE 2004
Etat quantitatif

L’état quantitatif est l’appréciation de l’équilibre entre d’une part les prélèvements et les besoins liés à l’alimentation des eaux de surface, et d’autre part la recharge naturelle d’une masse d’eau souterraine. 
L’état quantitatif comporte deux classes : bon et médiocre.
Le  Bon état quantitatif  d’une eau souterraine est atteint lorsque les prélèvements ne dépassent pas la capacité de renouvellement de la  Ressource disponible , compte tenu de la nécessaire alimentation des écosystèmes aquatiques de surface, des sites et zones humides directement dépendants.

Source: glossaire DCE 2004

Etiage
Correspond à la période de débit faible, généralement l'été pour les régimes pluviaux. Le débit d'étiage se calcule souvent par un quantile (pourcentage cumulé) relatif au non dépassement (valeur du débit classé non dépassé en moyenne 30 jours par an : DCN30).
Etude d'impact

Etude dont les modalités, la nécessité et les dénominations suivant l'importance du projet (étude d'impact, notice d'impact) sont fixées par des règles définies dans les décrets (en application de la loi de la protection de la nature du 18 juillet 1976).
Elle consiste à identifier les facteurs liés à un projet d'aménagement pouvant avoir des effets plus ou moins importants sur l'environnement permettant ainsi d'en apprécier les conséquences et de définir des mesures correctives.
Elle constitue un des éléments nécessaires au dossier de demande d'autorisation d'implanta-tion et d'exploitation des installations projetées et doit notamment figurer dans le dossier d'enquête d'utilité publique s'il y a lieu.

Article 2 de la Loi 76-629 du 10/07/76,
Décret 77-1141 du 12/10/77,
Décret 93-245 du 25/02/93
Source: glossaire DCE 2004

Eutrophisation
Enrichissement excessif des cours d'eau et des plans d'eau en éléments nutritifs, essentiellement le phosphore et l'azote qui constituent un véritable engrais pour les plantes aquatiques. Elle se manifeste par la prolifération excessive des végétaux dont la décomposition provoque une diminution notable de la teneur en oxygène. Il s'en suit, entre autres, une diversité animale et végétale amoindrie et des usages perturbés (alimentation en eau potable, loisirs,…).
Evapotranspiration
Eau retournant vers l'atmosphère, évaporée depuis le sol et transpirée par la végétation
Extraction

Action d'extraire les  Matériaux alluvionnaires  (galets, graviers, sables,...) du lit des cours d'eau, vallées et terrasses ou des roches massives pour la protection des granulats.

Source: glossaire DCE 2004
Faciès
Unité morphodynamique d'un cours d'eau, présentant une homogénéité longitudinale de la pente, de la surface de l'eau et des distributions des hauteurs d'eau, des vitesses du courant et de la granulométrie du  Substrat . La longueur d'un faciès peut varier d'une à quelques fois la largeur du lit mouillé.
Faille

Cassure avec déplacement relatif des parties séparées (une cassure sans décalage n'est qu'une »diaclase»).
Différents types de failles:

Source: glossaire DCE 2004
Fertilisation raisonnée

C'est une fertilisation qui cherche à intégrer les respects environnementaux notamment ceux relatifs à la préservation et à la  Restauration  de la qualité des eaux et des sols. Par exemple pour les nitrates cela consiste à déterminer avec soin la quantité et les modalités de leur épandage sur une parcelle en prévision des besoins de culture et afin de limiter les risques de pollution des eaux par migration des excédents.

Voir aussi  CBPA  (Code de Bonne Pratique Agricole)

Source: glossaire DCE 2004

<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>