Menu Content/Inhalt
Glossaire


Commence par Contient est égale à    

 - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - Z - 

AAC

 AAC  - Aire d'alimentation de Captage.

L'aire d'alimentation d'un captage -AAC- est le secteur en surface qui participe à l'alimentation du captage par l'infiltration directe des eaux ou par l'infiltration du cours d'eau. La délimitation de ces aires d'alimentation des captages va alors permettre d'organiser la lutte contre les pollutions diffuses. Par ailleurs, afin de mieux définir les programmes d'actions et de hiérarchiser les territoires d'actions au sein de la zone de protection, il est également nécessaire de définir au sein des AAC les zones les plus vulnérables aux pollutions diffuses.

Acteur

Les acteurs du SIE sont prioritairement les signataires du protocole à savoir les Services de l’Etat, des Etablissements publics, des collectivités territoriales, les organismes de recherche, les acteurs associatifs et privés. Chacun contribue au fonctionnement du SIE en intervenant sur un des processus de production, de collecte ou de  Bancarisation .

Source: Guide  SDDE 
Adaptation
Initiatives et mesures prises qui consistent à réduire la  Vulnérabilité  des systèmes naturels et humains aux effets des changements climatiques réels ou prévus, en favorisant leur  Résilience  ou leur flexibilité. On distingue plusieurs sortes d’adaptation : anticipative ou réactive, de caractère privé ou public, autonome et spontanée ou alors planifiée
AEAG

Agence de l'Eau Adour-Garonne

c.f. Agence de l'eau 

AEP

Alimentation en Eau Potable.
Ensemble des équipements, des services et des actions qui permettent, en partant d’une eau brute, de produire une eau conforme aux normes de potabilité en vigueur, distribuée ensuite aux consommateurs.
On considère 4 étapes distinctes dans cette alimentation :

  • prélèvements - captages
  • traitement pour potabiliser l’eau
  • adduction (transport et stockage)
  • distribution au consommateur

Source: glossaire  DCE  2004
Affaissement piézométrique

Baisse temporaire ou non du  Niveau piézométrique  d’une nappe du fait de modification naturelle ou artificielle ( Prélèvement , diminution de l’alimentation, mise en communication des aquifères).

Source: glossaire DCE 2004
Affleurement

Partie d’une couche géologique visible en surface

Source: glossaire DCE 2004
Affouillement

Fosse profonde creusée dans le lit par l’action de l’eau

Source: glossaire DCE 2004
Agence de l’eau

Etablissement public du ministère de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie, l’agence de l’eau met en œuvre les orientations de la politique de l’eau, en accord avec le  Comité de Bassin .

L’Agence fait jouer la solidarité des usagers de l’eau en contribuant au financement des ouvrages et actions de :

  • réduction des pollutions ;
  • préservation des  Milieux aquatiques  continentaux et marins ;
  • gestion économe et durable des ressources en eau ;
  • connaissance de l’état et de l’évolution des ressources.

C’est dans ce but qu’elle perçoit des redevances auprès de toutes les catégories d’utilisateurs de l’eau du bassin.

Agenda 21

Un  Agenda 21  local est un plan d’actions pour l’application du développement durable. L’expression agenda 21 fait référence à l’agenda 21 mondial adopté en 1992 par 173 nations lors du sommet de Rio organisé par l’ONU.

Agriculture biologique

L’agriculture biologique (AB) est un des 5 signes officiels d’identification de la qualité et de l’origine. Elle garantit une qualité attachée à un mode de production respectueux de l’environnement et du bien-être animal. Ainsi, elle exclut l’usage des produits chimiques de synthèse, des organismes génétiquement modifiés et limite l’emploi d’intrants.

L’agriculture biologique est soumise à une réglementation spécifique européenne applicable par tous les Etats membres et complétée par des dispositions nationales supplémentaires. Depuis le 1er janvier 2009, c’est le règlement européen 834/2007 du Conseil du 28 juin 2007 qui s’applique.

Les opérateurs de la filière bio sont contrôlés par des organismes certificateurs agréés par les pouvoirs publics français et répondant à des critères d’indépendance, d’impartialité, d’efficacité et de compétence. Ils sont au nombre de huit en France 

Agro-écologie

Les principes de l’agro-écologie visent à encourager les modes de production performants à la fois sur le plan économique et sur le plan environnemental. L’ensemble des dimensions de l’exploitation, et au-delà des filières et des territoires, doivent être abordées globalement et de manière articulée. L’agro-écologie considère que la pratique agricole ne doit pas se cantonner à une technique, mais envisager l’ensemble du milieu dans lequel elle s’inscrit en s’appuyant sur les fonctionnalités offertes par les écosystèmes. Elle intègre la dimension de la gestion de l’eau, du reboisement, de la lutte contre l’érosion, de la biodiversité, du réchauffement climatique, du système économique et social, de la relation de l’humain avec son environnement…

Le projet agro-écologique lancé par le ministère de l’agriculture en 2014 vise ainsi à produire autrement en repensant les systèmes de production.

Pour cela, un plan d’action couvrant les différents sujets (formation, accompagnement des agriculteurs, soutiens financiers, etc.) a été défini en co-construction avec l’ensemble des partenaires. Il a été validé par le comité national de suivi et d’orientation du projet agro-écologique, réuni le 12 juin 2014 
Aléa

(au sens du risque lié à l’eau)
Notion comprenant pour une parcelle ou un groupe de parcelles données tout ce qui caractérise l’élément perturbateur conditionné par l’extérieur susceptible de provoquer des modifications aux sols, à l’écosystème et de porter atteinte aux personnes, aux biens et aux activités. La notion de risque prend en compte l’ Aléa  et la  Vulnérabilité  du site (bien exposés, réactions humaines,...). Par exemple, l’aléa pour une parcelle inondée caractérise la submersion par sa durée, par la hauteur d’eau, par la vitesse du courant lors d’une  Crue  de  Récurrence  donnée.

Source: glossaire DCE 2004
Alimentation d’une nappe

ou apport (au sens hydrogéologique)
Volume d’eau alimentant une nappe souterraine sur une durée donnée.

Source: glossaire DCE 2004
Alluvions

Dépôts constitués par des matériaux solides transportés et déposés par les eaux courantes (cailloux, graviers, sables limons)

Source: glossaire DCE 2004
Altération

Pour un milieu aquatique ou un  Hydrosystème , une  Altération  est la modification de l’état  allant dans le sens d’une dégradation. Les altérations se définissent par leur nature (physique, ionique, organique, toxique, bactériologique,...) et leur effet ( Eutrophisation , asphyxie, empoisonnement, modification des peuplements,...).
Le plus souvent ces altérations sont anthropiques mais peuvent aussi être d’origine naturelle.

Source: glossaire DCE 2004
Aménagement

Consiste en une intervention sur les milieux naturels ou modifiés pour privilégier généralement un usage -épis pour la navigation, levées contre les crues... -

Source: glossaire DCE 2004
Amphihalin
Voir  Poisson migrateur   Amphihalin 
Analyse économique

Il s’agit du recours à des méthodes d’analyse et à des instruments économiques pour contribuer à la définition des politiques de gestion de l’eau. Cet apport de l’économie intervient à plusieurs temps forts de la mise en œuvre de la DCE :

  • au stade de l’état des lieux, afin d’évaluer le poids économique des usages de l’eau dans le district (usages urbains et domestiques, agricoles, industriels, touristiques, écologiques, etc.) et d’estimer le niveau de recouvrement des coûts des services ;
  • pour justifier des dérogations à l’objectif de bon état (pour cause de “ coût disproportionné ” des mesures nécessaires), sous la forme de report d’échéance ou de définition d’objectif adaptés ;
  • lors du choix des mesures à mettre en œuvre dans le district ainsi que pour la construction du  Programme de mesures  (optimisation du programme par l’analyse du coût et de l’efficacité de chaque mesure).

Source: glossaire DCE 2004
ANC

 Assainissement  non collectif (anciennement assainissement individuel : fosse toutes eaux, lit filtrant,…).

Annexes fluviales

Ensemble des zones humides en relation permanente ou temporaire avec le milieu courant par des connections soit superficielles soit souterraines : iscles, îles, brotteaux, lônes, bras morts, prairies inondables, forêts inondables, ripisylves, sources et rivières phréatiques.

Annonce des crues
Avertissement diffusé à l’avance par un service spécial de l’Etat (service d’annonce de crues). En cas d’alerte pluviométrique ou hydrologique (déclenchement sur dépassement de seuils), le service d’annonce des crues propose au préfet la mise en alerte des maires des bassins versants concernés.
Au fur et à mesure d’une crue à débordement grave, le service d’annonce des crues diffuse, à l’intention des préfets et des maires, des bulletins de situation hydrologique et d’information sur l’évolution des hauteurs d’eau.

La vigilance crues est destinée à informer tous les publics intéressés, particuliers, ou professionnels, sous une forme simple et claire. Elle est aussi destinée aux pouvoirs publics en charge de la sécurité civile (préfets et maires), qui déclenchent l’alerte lorsque c’est nécessaire et mobilisent les moyens de secours.

La situation de chaque cours d’eau inclus dans la vigilance crues est visible sur la carte de vigilance mise en ligne par le SCHAPI

Source: glossaire DCE 2004

Anoxie
Manque de dioxygène dissous d’un milieu aquatique, ayant pour conséquence une souffrance des espèces pouvant aller jusqu’à la mort (hypoxie). Ce phénomène augmente avec l’augmentation de la température de l’eau.
Anthropique

Lié à l’action de l’homme.

Source: Atlas 1997
AOX

Éléments organohalogénés (contenant du chlore, du brome, ...) dosés dans les composés organiques par adsorption sur du charbon actif selon les normes ISO 9562 ou NF EN 1485 (en kg/j pour les rejets).

Source: Atlas 1997

<< Start < Prev 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Next > End >>